27 juil. 11:31

L’un des principales richesses d’une entreprise, ce sont les connaissances qu’elle s’emploie à créer, acquérir, gérer et optimiser. Et puisque, dans le monde de l’industrie comme dans n’importe quelle organisation, des gens s’en vont tandis que d’autres arrivent, il est essentiel de faire en sorte que ce savoir-faire puisse être transmis par les premiers vers les derniers, et ce, de manière fluide et la plus complète possible. Pour assurer cette transmission des connaissances, différents outils sont mis en œuvre, s’inscrivant souvent dans une logique de centralisation. Pouvoir trouver, en un seul et même endroit, toutes les informations dont on a besoin pour faire son travail, c’est effectivement l’intérêt majeur de cette démarche.


L’importance de la transmission des connaissances


Dans toute entreprise, la composition du personnel est soumise à des changements constants : des employés préparent leur départ à la retraite, tandis que de nouveaux collaborateurs arrivent. La problématique qui se pose pour les responsables est donc la suivante : comment s’assurer de bien transmettre les connaissances détenues par les anciens aux recrues.

Cela représente un pan entier de la stratégie de knowledge management et revêt une importance capitale quant à la bonne marche de l’entreprise et son degré de compétitivité.

Si cette stratégie est insuffisante ou marquée de dysfonctionnements, l’organisation risque d’accuser de lourds déficits en termes de savoir-faire et de compétences.


Centralisation des connaissances : une accessibilité facilitée pour les nouveaux arrivants


Dans l’industrie, les connaissances sont de 2 types : les savoir créés au sein-même de l’organisation et ceux acquis de l’extérieur. Dans un cas comme dans l’autre, elles constituent un ensemble, une ressource extrêmement précieuse que l’entreprise se doit de préserver et de valoriser.

Dans cette optique, la tendance observée depuis quelques années, et qui est vouée à se généraliser dans les prochaines, est à la centralisation desdites connaissances.

Autrement dit, il s’agit d’élaborer un système ou une plateforme rassemblant toutes les informations utiles accumulées tout au long de l’activité de l’entreprise, sous une forme organisée (classifiée, catégorisée et hiérarchisée) pour permettre à tout collaborateur de disposer de l’information dont il a besoin pour accomplir sa mission.

Cet outil est d’autant plus crucial pour la formation des nouveaux arrivants, qui ont ainsi un accès simplifié aux données quelle qu’en soit la nature (procédures, actions à mener en cas d’imprévu ou d’incident, éléments relatifs à la vie d’entreprise, etc.). Vu la quantité d’informations à intégrer, tout connaître par cœur est quasiment impossible ; un support informatif centralisé constitue une solution à ce problème.

Un tel système peut prendre une variété de formes et concerner tous les aspects du fonctionnement de l’entreprise. A titre d’exemple, faciliter l’accès à un outil de type AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité) dote les nouveaux collaborateurs d’un panorama complet des questions relatives à la sûreté de fonctionnement et à la gestion de la qualité (à travers la criticité, en l’occurrence). Il les aide ainsi à être sensibilisés aux risques associés à un procédé de fabrication et susceptibles de générer, entre autres, des non-conformités.


Un accompagnement efficace et un outil de valorisation


La centralisation des connaissances fournit donc un formidable support d’accompagnement pour les nouveaux collaborateurs, qui se sentent forcément valorisés en disposant d’outils fiables, véritablement utiles et leur permettant d’acquérir progressivement une plus grande autonomie. Ce qui encourage, au passage, l’esprit d’initiative, levier de toute entreprise se voulant dynamique et créative.

Elle contribue également à créer un sentiment d’appartenance, car elle implique une démarche collaborative. En effet, à mesure qu’ils progressent, les nouveaux venus peuvent, eux aussi, formuler des remarques et, pourquoi pas, suggérer des améliorations. C’est ce que l’on observe parfois auprès des nouvelles générations, particulièrement à l’aise avec les nouvelles technologies et pouvant avoir un regard différent sur la manière de produire.

Tous ces bénéfices sur le capital connaissance, la plupart des dirigeants d’entreprises en sont conscients. Encore faut-il trouver les bonnes approches pour atteindre ces objectifs. (Consultez notre article sur la valorisation du savoir faire opérationnel)

La complexité de la centralisation du savoir-faire fait donc partie des grands défis qu’ils sont amenés à relever.


À propos de Picomto


Aujourd'hui, l'industrie est liée à une problématique forte qu'est la transmission du savoir. La formalisation et le partage de la connaissance dans une industrie est capitale pour son présent et son futur. Pyramide des âges, bonnes pratiques, obligation de suivre des procédures précises, etc…

Picomto est né de ce constat et propose la solution pour capturer et diffuser le savoir faire de l'industrie.

La solution logicielle web et mobile pour créer, gérer, partager, consulter et analyser les instructions visuelles de travail.

Vous avez un projet de transmission des connaissances dans votre entreprise ? Contactez-nous !