Réinventez vos instructions de travail

(Modes opératoires, procédures de maintenance,
capture de données terrain et plus encore...)

Visuel. Digital. Interactif. ISO 9001.

Planifiez un appel Exemples

Une solution auteur pour créer, gérer, diffuser, consulter et analyser vos instructions de travail,
procédures internes, supports SAV et supports de formation technique.

Ils utilisent Picomto...

À lire sur Picomto

Picomto au salon Smart Industries 2018, Stand 3K33

Picomto au salon Smart Industries 2018, Stand 3K33

Picomto sera présent sur le salon Smart Industries du 27 au 30 mars 2018 à Paris Nord Villepinte, sur le stand 3K33.Le salon qui réunit tous les acteurs de l’industrie du futur, sera l’occasion pour l’équipe Picomto de vous présenter sa solution de capture et de diffusion du savoir-faire opérationnel dans l’industrie. On vous présentera également les nouveautés et nouvelles fonctionnalités pour créer, exploiter et analyser des instructions de travail, modes opératoires et procédures de maintenance.Donc n’hésitez pas à venir rencontrer nos équipes sur le stand 3K33Pour plus d’informations sur le salon : www.smart-industries.fr

Comment la digitalisation des modes opératoires permet de se différencier des concurrents ?

Comment la digitalisation des modes opératoires permet de se différencier des concurrents ?

La mise en place d’une stratégie digitale est déjà en marche dans bon nombre d’entreprises, et ce, depuis plusieurs années. Cette tendance correspond à une mutation de fond dont il paraît difficile d’échapper si l’on souhaite demeurer compétitif et attractif. La dématérialisation concerne la quasi-totalité des composants des usines, à commencer par les modes opératoires. Elle est considérée comme un avantage concurrentiel à plus d’un égard.L’importance des modes opératoiresIl est inconcevable de produire quelque chose, en grande quantité qui plus est, sans se baser sur un support détaillant les étapes et les manœuvres à réaliser. Les instructions de travail sont des documents vitaux pour l’industrie, car ce sont ces modes opératoires qui détaillent les actions et leur enchaînement pour parvenir à un résultat donné.Les modes opératoires ont longtemps été élaborés et présentés sous forme papier. Néanmoins, avec l’arrivée des nouvelles technologies, il est devenu possible de les dématérialiser et de les mettre à la disposition des opérateurs sur des terminaux digitaux.Les instructions de travail digitalisées sont non seulement consultables directement sur des tablettes, entre autres appareils nomades, mais elles sont en plus enrichies par des éléments aux formats variés et facilitant la compréhension, comme les démonstrations vidéo.Digitalisation des modes opératoires : un levier de productivitéLa digitalisation des modes opératoires revient à fournir aux opérateurs des supports qui les guident et les assistent. Pour les collaborateurs, il devient plus facile d’effectuer les tâches inhérentes à leurs postes grâce à des descriptions précises et didactiques qu’ils peuvent consulter aisément, sans avoir à perdre de précieuses minutes à chercher l’information dont ils ont besoin.Conjointement, le recours à ces instructions de travail digitalisées réduit le risque de commettre des erreurs et permet de détecter rapidement les anomalies pour une correction tout aussi simplifiée. La qualité est donc davantage au rendez-vous.Ces deux aspects au moins constituent de formidables leviers d’efficacité et donc de productivité ; on produit mieux et plus vite.Dématérialiser les instructions de travail pour accélérer le développement et accroître la réactivitéMettre en place des supports digitalisés, y compris les modes opératoires, est un booster d’évolution qui favorise l’actualisation et l’amélioration en continu.En outre, il est plus facile d’apporter des réajustements lorsque l’on doit s’adapter à différents évènements, comme les changements dans les exigences des clients et la nécessité de personnaliser des commandes. La tendance à la « customisation » est de plus en plus appuyée durant ces dernières années et constitue, aux yeux de la clientèle, une véritable valeur ajoutée.De manière plus globale, la digitalisation facilite le partage et la modification des contenus, ce qui améliore la collaboration entre les différents acteurs de l’entreprise. Par ailleurs, elle annule un obstacle considérable qui est la distance, rendant possible les échanges en temps réel entre des sites éloignés géographiquement (siège administratif, sites de production, chantiers…).Enfin, les outils digitaux permettent une meilleure gestion des ressources en rapprochant leur consommation des besoins réels de l’entreprise. Tout ceci contribue, avec la dématérialisation des modes opératoires, à améliorer le positionnement par rapport à la concurrence.Picomto est la solution web et mobile pour créer, exploiter et analyser des modes opératoires de façon digitale, visuelle, interactive et ISO 9001. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

Maintenance : Les smartphones ont-ils changé le quotidien des techniciens ?

Maintenance : Les smartphones ont-ils changé le quotidien des techniciens ?

L’industrie n’a pas échappé à l’essor des smartphones. Les entreprises ont vite saisi le potentiel que ces plateformes mobiles avaient à offrir et ces dernières ont été adoptées quasiment à tous les niveaux, jusque sur le terrain, dans les ateliers et au plus près des machines. Qu’il s’agisse de maintenance ou d’autres types d’intervention, les techniciens ont vu la nature de leur travail sensiblement modifiée avec l’utilisation des smartphones. Les téléphones mobiles intelligents élargissent les possibilités et, au vu des progrès constants dont ils profitent, deviennent des éléments incontournables dans les usines et autour d’elles.Disponibilité des informations pour une plus grande réactivitéLe bénéfice principal et le plus évident est l’aspect pratique du smartphone pour le technicien en industrie. Moins encombrant qu’un manuel papier, mais permettant de consulter beaucoup plus d’informations, il permet, en quelques manipulations simples, d’avoir rapidement accès aux données dont il a besoin. Les applications dédiées facilitent, par ailleurs, les consultations grâce à la recherche par mots clés.Outre la facilité d’accès aux référentiels, les techniciens apprécient la mobilité de leur environnement de travail pour la plus grande réactivité qu’elle leur permet d’atteindre, notamment en ayant plus aisément sous les yeux les bons de travaux affectés, l’état des stocks de pièces de rechange, etc.D’un point de vue organisationnel, le technicien profite également de cet outil métier en bénéficiant d’un accès permanent aux solutions de messagerie, au planning des interventions et à leur classement par priorité, par exemple. Ce qui lui permet d’optimiser ses déplacements (le GPS présent sur le smartphone l’aide aussi sur ce point précis) et d’agencer intelligemment ses journées de travail.Il existe aussi des applications mobiles donnant la possibilité de créer et consulter des procédures visuelles mais également de réaliser des tests pour s’assurer, après l’intervention, de l’efficacité de cette dernière.Certains fabricants de smartphones ont d’ailleurs développé des terminaux spécifiquement orientés vers un usage industriel, misant à la fois sur la robustesse de l’appareil (résistance aux chocs, à l’humidité et aux températures extrêmes…) et sur les fonctionnalités de production et de gestion : intégration d’un scanner de code à barres, connectivité complète (4G, NFC, GPS, WiFi, BT, BLE…), applications de GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur) dédiées…Un outil au service du reporting et du suiviDisposer d’un smartphone conçu et configuré pour le travail en entreprise facilite considérablement les opérations relatives à la remontée d’informations (reporting) et au suivi.Tout en étant en déplacement, le technicien, peut utiliser des procédures de maintenance digitales pour procéder à ses interventions et une fois celle çi finalisée, peut produire un compte-rendu rapidement et facilement, puis l’envoyer tout aussi aisément aux services concernés. Des données qui seront ensuite intégrés au système d’information pour être analysées et exploitées à des fins prévisionnelles. Cet outil qu’est le smartphone lui permet d’ailleurs de joindre des fichiers sous d’autres formats (clichés, sons, voire vidéos) qui enrichissent le document pour une meilleure compréhension de la situation.Par la suite, ce dispositif facilite le suivi de l’activité de maintenance (corrective, préventive et prédictive) en surveillant, en permanence, l’état des machines, leur rendement et les répercussions des dernières interventions effectuées par le technicien lui-même ou ses prédécesseurs.Picomto développe des applications mobiles pour créer, exploiter et analyser des modes opératoires et procédures de maintenance à destination des techniciens et opérateurs. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter.

Comment la maintenance prédictive élimine-t-elle les pannes ?

Comment la maintenance prédictive élimine-t-elle les pannes ?

Disposer d’une usine avec zéro panne est l’idéal de tout industriel. Pour l’atteindre, la stratégie de maintenance privilégiée est celle dite prédictive. Allant plus loin que celles curative et même préventive, la maintenance prédictive repose sur une surveillance permanente des machines rendue possible par les nouvelles technologies, notamment celles relevant de l’IIOT. Il s’agit de prévoir et d’anticiper les pannes et défaillances en s’appuyant sur la récolte d’un maximum de données et d’en assurer l’analyse au service de la prise de décision. L’usine du futur mise grandement sur cette maintenance prédictive.Maintenance prédictive : aller au-delà des maintenances curative et préventiveLes machines ne sont pas éternelles, leurs composantes non plus. Ces dernières finissent inéluctablement par s’user au bout d’un certain nombre d’heures de fonctionnement, de tours ou de passages. Elles doivent donc être remplacées aux moments opportuns pour que les équipements dont elles font partie ne soient pas endommagés et ne perdent pas de leurs performances. De celles-ci dépend la compétitivité de l’entreprise.Alors que, par le passé, on avait plutôt tendance à intervenir lorsque les pannes survenaient, cette méthode de maintenance curative a progressivement cédé du terrain par rapport à une approche préventive. Il s’agissait alors de planifier des actions de maintenance à intervalles réguliers, en fonction des délais moyens prévus avant la survenue de défaillances. Si la maintenance préventive a encore sa place dans bien des secteurs et avec des types de machines spécifiques, on lui préfère souvent la maintenance prédictive, qui pousse la logique du « mieux vaut prévenir que guérir » encore plus loin. Elle consiste à assurer une surveillance permanente des équipements, notamment à travers des capteurs placés dans ou sur ses différentes composantes, dans le but de détecter les signes annonciateurs de pannes.Le principal intérêt que présente la maintenance prédictive est qu’elle promet de réduire significativement les arrêts de production non planifiés, surtout lorsque les techniques utilisés sont non-invasives (capteurs qui ne sont pas placés à l’intérieur des machines et ne nécessitent donc pas d’en interrompre le fonctionnement). Ce qui constitue un gage d’amélioration de la productivité.Quels moyens mis en œuvre pour la maintenance prédictive ?Les données sont au centre de la maintenance prédictive. C’est leur recueil et leur analyse qui permettent de planifier les interventions et de faire en sorte que la production demeure la plus fluide possible.Ces informations capitales sont obtenues grâce à des capteurs et les valeurs récoltées sont continuellement comparées à des données de référence pour savoir si les comportements des composantes et des machines sont considérées comme normaux ou, au contraire, sont annonciateurs de pannes.La maintenance prédictive fait ainsi appel à divers outils, dont la GMAO (gestion de la maintenance assistée par ordinateur), les logiciels de supervision et la commande numérique.Au niveau matériel, les capteurs permettant la collecte de données sont, eux aussi, de natures variées. On retrouve ainsi des instruments de mesure acoustique utilisant les ultrasons et capables de détecter les défauts mécaniques, électriques ou d’étanchéité, les capteurs relevant de la thermographie (surveillance des niveaux de température) ou encore les capteurs d’analyse vibratoire (analyse des vibrations générées, par exemple, par les défauts de serrages ou de courroies).Ces systèmes produisent donc des quantités considérables de données, ce qui rend leur exploitation délicate. C’est là que les outils apportés par l’IIOT (L'Internet Industriel des Objets) apportent des solutions en faisant remonter les informations des capteurs vers des plateformes de type cloud. Ils permettent également de simplifier la mise en place d’un réseau au sein duquel les moyens de production sont interconnectés et peuvent même communiquer entre eux.Picomto est une solution de digitalisation d’instructions de travail et développe également un interrupteur connecté intelligent Check2Start pour améliorer l’efficacité de votre parc machine. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur nos solutions.